• Exceptionnellement l'article du jour se concentrera sur un jeu vidéo et non un anime. J'ai voulu parler d'un jeu que j'ai découvert pendant l'été : GTA V.

    GTA V

    Développeur: Rockstar Games

    Editeur: Take Two Interactive

    Support: PS3

    Date de sortie euro: 17 septembre 2013

    Genre: Action

    GTA V

    Annoncé comme le messie, comme la bombe de 2013 GTA V s'est longtemps fait attendre par les fans du monde entier. Vendu à grand coup de publicité et obéissant à un plan marketing digne des plus grands requins le jeu se voulait être une révolution dans le monde du jeu vidéo et du divertissement. Cependant une telle annonce à beaucoup fait réagir les joueurs pour qui cela paraissait trop beau. Deux camps s'étaient donc formés, les pros et les sceptiques. Pas plus que ça passionné par la saga je trouvais quand même les sceptiques plus raisonnés et plus dans le vrai. Et effectivement après avoir fini le jeu je peux dire qu'ils avaient entièrement raison. GTA V n'est pas mauvais loin de là mais il n'a rien ni d'un très grand jeu ni d'une révolution mondiale. Mais avant de continuer, un petit synopsis.

    GTA V

    GTA V met le joueur dans la peau de trois personnages, Michael, un ancien braqueur de banques ayant trahit ses amis pour obtenir une retraite dorée sous protection policière, Franklin, un jeune noir du ghetto qui désire vraiment ce sortir de cet enfer et enfin Trevor, l'ancien partenaire de Michael complètement fou et psychopathe. Alors que les routes entre Michael et Franklin vont se croiser plus par hasard qu'autre chose, Trevor va apprendre la survie de son partenaire, qu'il croyait mort depuis dix ans, en regardant la TV. Fou de rage, ce dernier, qui est fabriquant et meth dans le désert, va revenir à Los Santos pour régler ses comptes. Michael, qui ne sait pas ce qui l'attend, jongle quant à lui avec une famille ingrate et de nombreux conflits. Franklin, lui, voudrait arrêter les conneries avec son pote Lamar, un incapable quasiment attardé qui lui colle aux basques. Mais certains événements ne vont pas se passer comme prévu et les trois hommes vont devoir collaborer pour leur propre survie et dans le but d'engranger un maximum d'argent. Réussiront-ils ? Au vu de leur entente complexe, rien n'est moins sûr.

    GTA V

    Qu'on se le dise bien, le fait d'intégrer trois personnages principaux au jeu n'a rien d'exceptionnel contrairement à ce qu'on a essayé de nous vendre. D'ailleurs si ces trois couillons sont sympathiques à découvrir, aucun n'a un développement réellement travaillé. C'est un condensé de clichés avec un petit développement histoire de leurrer le joueur pendant les premières heures de jeu mais au final, rien de neuf et rien de convaincant. Je ne parle même pas des personnages secondaires qui ne valent pas grand chose. Bref, cette nouveauté n'apporte finalement rien au jeu. En terme de scénario c'est jouable et ça se suit mais ça n'a rien d'impressionnant. C'est confus, souvent inexpliqué, les changements de personnages sont trop brusques et les quêtes annexes sont souvent sorties d'on-ne-sait-où. Si l'ensemble est très fun à jouer et si on s'y amuse bien, force est de constater que c'est mal écrit et peu inspiré. Une catastrophe sur ce plan même si GTA ne nous avait pas vraiment habitué à mieux. Il y a encore tellement de défauts que je pourrais citer mais je vais plutôt résumer ça à la fin de l'article, étant donné que beaucoup sont mineurs. Techniquement ce n'est pas non plus la bombe annoncée. Autant le dire, artistiquement c'est sympa mais graphiquement c'est dégueulasse. Le jeu a largement quatre ans de retard. C'est peu fluide, pas joli, la conduite est désormais arcade ce qui avec les lags et les bugs n'est pas du tout pratique et si les doublages sont bons, la musique ne l'est pas et je ne parle même pas de la traduction française, écrite avec les pieds. Ici c'est un manque de sérieux flagrant et une preuve d'irrespect pour toute une partie des joueurs, on croirait que la communauté Youtube a rédigé les sous-titres tellement c'est mauvais. Encore une fois Rockstar nous a pris pour des cons et je n'ai pas parlé ni du gameplay soporifique ni du GTA Online ennuyeux et mauvais au possible. J'ai donc été fortement déçu du titre qui recèle toutefois bon nombre d'activités, du fun en grosse quantité et un aspect artistique assez cool. Mais pour résumer plus clairement et ne rien oublier je vais dresser un petit comparatif des qualités et des défauts du titre.

    GTA V

    Les Plus

    -Beaucoup de fun

    -Quelques rares personnages secondaires intéressants

    -Un grand nombre de quêtes pour une durée d'environ 40 heures de jeu

    -Des doublages très bons

    -Une liberté impressionnante et une aire de jeu immense

    -Aspect artistique soigné

    -Humour efficace et toujours présent

    -Plusieurs fins disponibles ainsi que quelques choix dans les missions

    Les Moins

    -Scénario très banal tout comme les personnages principaux

    -Gameplay bâclé, imprécis et lourd comme jamais

    -Aspect graphique dégueulasse, bugs et lags en nombre

    -Quêtes annexes souvent inexpliquées et inexplicables

    -Toutes les voitures se ressemblent

    -Jeu trop facile

    -Traduction française faite avec les pieds

    -I.A. complètement à la ramasse notamment au niveau des flics(dix minutes pour faire disparaitre une étoile, les flics voient à travers les murs etc...)

    -Pilotage d'avions et d'hélicoptères raté

    -Conduite arcade proche de celle de Saint's Row donc très mauvaise

    -Trop de possibilités inutiles

    -Un didacticiel incomplet

    -Une visée automatique qui déconne grave

    -Un mode GTA Online qui frôle le 0/20, ennuyeux et bourré d'idiots irrespectueux ne dépassant pas les douze ans(PEGI 18+ je rappelle)

    GTA V

    Voilà c'est un résumé fiable que j'ai pu dresser après une quarantaine d'heures de jeu. GTA V est un jeu sympathique, amusant mais qui trop souvent tape dans la facilité et qui souffre de beaucoup trop de défauts. On ne peut pas dire qu'il soit mauvais mais quand on voit le nombre affolant de 18/20 sur les sites spécialisés, on ne peut que douter de l'objectivité journalistique de ces personnes. GTA V n'est ni une bombe, ni une révélation ni une révolution. C'est un jeu fun qu'on qualifiera de passable et qu'une fois fini, on laissera de côté pour de bon. Dommage donc car il aurait pu être le messie tant attendu. Mais cette fois-ci Rockstar a été fainéant et s'est contenté de faire comme beaucoup d'autres, un plan marketing efficace, de la pub et un jeu daubé. Enorme déception même si le jeu se joue.

    GTA V

    Graphismes: 14/20

    Gameplay: 12/20

    Durée de vie: 15/20

    Bande-son : 14/20

    Scénario : 11/20

    Note finale : 13/20

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On revient dans les animes aujourd'hui avec Jormungand, un concentré d'action à l'état pure.

    Jormungand

    Nom Original: Jormungand(saison 1), Jormungand : Perfect Order(saison 2)

    Auteur: Keitarô Takahashi

    Années de production: 2012

    Catégorie: Seinen

    Genre: Action, Aventure

    Studio: White Fox

    Durée: 24 épisodes de 24 minutes

    Jormungand

    "Dévorer les cinq continents, boire d'une traite les trois océans, le ciel ne pourra rien y changer. Notre corps n'a ni ailes, ni pieds ni bras. Nous sommes les serpents de ce monde. Nous nous appelons Jormungand !" Voici la philosophie par laquelle démarre l'anime. Pour info Jörmungand était le plus grand adversaire de Thor dans la mythologie nordique. Fils de Loki et de la géante Angerboda il avait la forme d'un serpent gigantesque qui entourait la Terre de ses anneaux. A chaque mouvement il provoquait des raz-de-marées et s'opposait régulièrement au dieu de la foudre. Mais sous ses airs de monstre, il participait à l'équilibre global de la planète. C'est donc par cette référence que commence l'anime, un anime qui nous met dans la peau d'un groupe de mercenaires au service de Koko Hekmatyar, une vendeuse d'armes un peu folle. Celle-ci est entre autre rejointe par Jonah, un jeune garçon qui a perdu toute sa famille à cause de la guerre et des vendeurs d'armes et qui leur voue une haine palpable. Oeuvrant dans un but mystérieux la jeune femme va emmener avec elle le garçon pour une aventure qui changera la face du monde. Je n'en dirai pas plus sur le scénario afin d'éviter les spoils mais au final, la référence à la mythologie nordique ne semble pas erronée.

    Jormungand

    Dans Jormungand on suit donc l'histoire de Koko et de ses neufs subordonnés, tous des combattants d'élites formés par les plus grand(e)s armées/groupes/mafias du monde. Plutôt obscur le scénario va se dévoiler assez lentement ce qui pourrait en déranger certains mais ce serait une erreur car bien qu'un peu limité, ce dernier vaut le coup d'être découvert. En attendant les révélations finales(assez décevantes tout de même) l'anime rythme ses épisodes par de nombreuses scènes d'action de haut standing et par une équipe que l'on découvre petit à petit mais qui est pleine de charisme et d'humour. Car oui outre les nombreuses scènes d'action Jormungand nous offre également bon nombre de moments comiques bien calibrés qui rendent ces tueurs et cette folle vendeuse d'armes beaucoup plus attachants. Au final on peut le dire, si l'anime est plein de bon sens il n'est pas franchement excellent en terme d'histoire, c'est un poil rébarbatif et plutôt prévisible mais l'intention est là et le but de Koko est assez beau en y réfléchissant bien. Mais fort heureusement les personnages, l'humour, l'action et l'ambiance fun du titre en font un indispensable malgré ses gros défauts de narration. On s'attache beaucoup à ces personnages et force est de constater qu'on est triste de devoir les quitter à la fin de la saison 2.

    Jormungand

    Jormungand est donc un anime comprenant pas mal de défauts mais qui réussit à s'en sortir très honorablement grâce à une pléthore de qualités dans le fond mais aussi dans la forme. Car techniquement cet anime n'a rien à envier aux plus grands, White Fox a fait un excellent boulot. C'est superbement bien dessiné, l'animation est très fluide et si on accroche pas au chara-design, il reste toujours les effets spéciaux de haute volée et la bande-son hyper entrainante et rythmée. Je ne connaissais pas du tout ce studio d'animation avant Jormungand mais ils m'ont bien impressionné. Le travail livré est de qualité et correspond parfaitement à ce qu'on en attendait.

    Jormungand

    Pour conclure, Jormungand n'est certes pas l'anime philosophique et réfléchi qu'il prétend être dans l'épisode 1 mais il convainc tout de même par son atmosphère et l'humour qu'il dégage. Plutôt grand public et orienté divertissement de masse il convient plutôt à un spectateur ayant l'envie de décompresser sans avoir à rien faire d'autre. C'est à mes yeux un excellent divertissement d'action qui vaut le coup d'oeil mais juste une chose : ne vous trompez pas sur le produit, la philosophie n'est que très légère, la morale assez banale et les personnages peu développés. Fans d'action je vous le conseille.

    Jormungand

    Note finale : 17/20

    Yahoo!

    votre commentaire
  • J'avais parlé il y a quelques temps des séries Fate et notamment de Fate/stay night qui décrivait le premier scénario du jeu. Voici le deuxième.

    Fate/stay night : Unlimited Blade Works

    Nom Original: Gekijôban Fate/stay night : Unlimited Blade Works

    Réalisateur: Yuji Yamaguchi

    Année de sortie: 2010

    Genre: Action, Drame, Fantastique

    Studio: Studio Deen

    Durée: 1h47

    Fate/stay night : Unlimited Blade Works

    Pour tout dire j'avais oublié que je devais parler de ce film mais ça m'est revenu et je pense que c'est une bonne chose. On connaissait donc Fate/stay night pour être un Visual Novel très apprécié avec un univers très bien développé et un panel de personnages charismatiques. Doté de trois scénarii le jeu nous plaçait dans la peau de Shirô, un adolescent lambda lâché dans un monde de magie et de combats avec pour enjeu le Saint Graal. L'histoire s'orientait plus vers une histoire d'amour avec Saber, son servant, et vers une fin relativement traditionnelle. Dans Unlimited Blade Works c'est le second scénario du jeu qui est mis à l'honneur. Celui se concentre avant tout sur la relation qui unit Rin Tosaka à son servant Archer, Shirô joue également un grand rôle dans le film mais en peu plus en retrait. On découvre donc ici l'identité et le passé d'Archer, un personnage très classe et encore plus efficace que dans l'anime. La relation entre Shirô et Rin progresse également à vive allure ce qui laisse toujours une place importante aux histoires d'amour.

    Fate/stay night le film : Unlimited Blade Works

    Beaucoup trop succin le film aurait pu être vraiment bon si certains points cruciaux n'avaient pas été oubliés. Tout d'abord : Saber. Certes dans le second scénario elle tient une place moins importante que dans le premier mais là elle est laissée de côté de A à Z ce qui est, pour le personnage principal féminin, une aberration. Ensuite, la relation entre Shirô et Rin progresse beaucoup trop vite ce qui ne nous laisse pas le temps de nous y intéresser. Dernier point mais non des moindres et d'ailleurs les autres défauts reposent dessus : le rythme. Non seulement le film ne dure qu'une heure quarante sept ce qui est trop peu(il aurait fallu au moins deux heures dix) mais en plus le rythme est plutôt bancal et le film mal géré. C'est ce qui fait que Saber tient un rôle oubliable et que la relation progresse à vitesse grand V. Cependant même avec un bon rythme je ne pense pas que l'histoire aurait pu être bien restituée. Le film aurait dû durer beaucoup plus longtemps, ce n'est pas possible de tout dire en moins de deux heures. C'est vraiment dommage étant donné la qualité de l'histoire, de l'animation et des personnages. On garde aussi cette ambiance si chère à la série et en grande partie gage de qualité mais malheureusement on ne réussit pas suffisamment à rentrer dedans. Fate/stay night Unlimited Blade Works est donc un bon complément à la série(vous devez avoir vu Fate/stay night) mais un film beaucoup trop résumé pour être efficace en solo.

    Fate/stay night le film : Unlimited Blade Works

    Note finale : 14/20

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On termine avec un autre jeu découvert il y a quelques mois, le tout premier Professeur Layton.

    Professeur Layton et l'Etrange Village

    Développeur: Level-5

    Editeur: Nintendo

    Support: DS

    Date de sortie euro: 7 novembre 2008

    Genre: Aventure, Réflexion

    Professeur Layton et l'Etrange Village

    Si vous avez dormi dans une grotte ces dernières années alors vous ne connaissez probablement pas Professeur Layton. Cette série apparue en 2008 est une création de Level-5 conjointement avec Nintendo qui met le joueur dans la peau du professeur Hershel Layton, un archéologue fana d'énigmes et grand enquêteur. Voici donc le premier épisode de cette licence à succès qui nous plonge cette fois-ci dans l'ambiance d'un étrange village où des disparitions se font régulièrement. De plus, le maître du coin récemment décédé semblait vouloir organiser une sorte de chasse au trésor sur ses terres. Entre mystères fantastiques et complots l'aventure de Layton et de son assistant Luke ne sera pas de tout repos.

    Professeur Layton et l'Etrange Village

    Doté d'une ambiance fantastique à mi-chemin entre univers féerique et monde moderne Professeur Layton et l'Etrange Village est un excellent jeu d'énigmes qui devrait plaire à un large public. Avec un gameplay entièrement jouable au stylet, plus de 130 énigmes et un bon paquet de mystères bonus à découvrir on peut être sûr d'être occupé pendant une belle période. Plutôt addictif, le titre de Level-5 n'est pas pour autant facile et certaines énigmes mettent la barre très haut en matière de réflexion, cependant la plupart devrait être faisable sans trop de soucis, juste un peu de logique. Terriblement plaisant à jouer, le premier épisode du professeur Layton déçoit cependant par son scénario certes bien construit mais très peu intéressant. Les énigmes prennent le pas sur l'histoire et au final, on se fout catégoriquement du pourquoi du comment. Dommage donc car cela gâche un peu l'ambiance mais j'ai cru comprendre que la suite de la série devenait beaucoup plus aboutie en terme de scénario. J'ai donc bien aimé cet épisode et je continuerai sur ma lancée avec les autres. Un superbe travail et un concept de génie.

    Professeur Layton et l'Etrange Village

    Graphismes : 15/20

    Gameplay : 18/20

    Durée de vie : 17/20

    Bande-son : 17/20

    Scénario : 11/20

    Note finale : 15/20

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Ayant envie d'écrire un peu plus pour aujourd'hui j'ai décidé de parler de deux jeux vidéo que j'ai découvert ces derniers mois, on commence donc avec le premier inFamous.

    inFamous

    Développeur: Sucker Punch

    Editeur: Sony

    Support: PS3

    Date de sortie euro: 27 mai 2009

    Genre: Action

    inFamous

    Etant un grand fan d'Assassin's Creed et un admirateur de Crackdown j'ai toujours été plutôt attiré par les images d'inFamous que je voyais régulièrement. Il y a quelques mois j'ai pu me procurer l'épisode 1 à bas prix donc j'ai sauté le pas....et je crois que je n'aurais pas dû. inFamous est un cauchemar à jouer. Non content de proposer un scénario bas de gamme où notre héros, Cole, récupère des pouvoirs étranges à la suite d'une catastrophe qui sera seulement expliquée en fin de jeu(mauvaise idée) inFamous souffre d'un gameplay bancal et irréfléchi, d'une durée de vie correcte mais complètement gâchée par la répétitivité des quêtes(annexes comme principales) et d'une bande-son qui frise le 0/20. J'ai été très déçu et je ne me suis clairement pas amusé une seule seconde. L'histoire est chiante, les personnages n'ont aucune importance ni aucun intérêt et les missions sont d'une répétitivité bien trop prononcée pour que l'ambiance puisse s'installer convenablement. En somme c'est un ratage total à tous les niveaux. Rien ne rattrape les erreurs d'inFamous qui se contente de prendre du AC, du Crackdown et de mixer le tout mais sans âme, sans réel travail. J'ai en plus beaucoup de mal à croire qu'un jeu aussi techniquement daté ne puisse avoir que 5 ans. En bref si je devais résumer inFamous ça donnerait : cinématique dégueulasse, combats peu précis et ultra répétitifs, bugs et bugs d'I.A. par centaines, pouvoirs inutiles, missions répétitives, boss fight misérables et fin tout aussi navrante que le reste. Et le fait de choisir son alignement n'est certainement pas un argument de vente, ici ça n'a aucun impact. Une daube comme une autre qui m'a bien fait comprendre la méthode de travail de Sucker Punch.

    inFamous

    Graphismes: 11/20

    Gameplay: 05/20

    Durée de vie: 11/20

    Bande-son: 03/20

    Scénario: 08/20

    Note finale : 06/20

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires