• Key

    Il est à présent temps de parler d'un de mes studios favoris : le studio Key.

    Key

    Date de création : 21 juillet 1998

    Fondateurs : Jun Maeda, Shinji Orito, Itaru Hinoue

    Milieu : Jeu vidéo / Animes / Films d'animation

     

     

     

    Partie I : L'historique

    La formation d'un géant du Visual Novel

    Les membres fondateurs de Key se sont tous rencontré au sein du studio de visual novels Tactics entre 1996 et 1997. Les premiers à être arrivés étaient Shinji Orito, Itaru Hinoue, Miracle Mikipon et Shinory, ils ont ainsi travaillé sur un jeu appelé Dosei. Mais c'est en 1997 que les collègues deviennent des amis grâce à l'arrivée entre autres de Jun Maeda qui devient réalisateur pour les deux prochains jeux du studio. Moon et One sortent respectivement en 1996 et 1997 et sont deux très gros succès du visual novel au Japon. Mis en confiance par ce succès Jun Maeda formule alors l'idée d'un studio uniquement composé de cette bande d'amis, idée qui est rapidement acceptée par les autres. La petite équipe quitte alors Tactics et rejoint l'éditeur Visual Art's qui met les moyens pour que cette idée se réalise. Le studio Key, dont le nom a été voté à la majorité par ses membres, nait le 21 juillet 1998 à Kita, à Osaka.

    Immédiatement le studio s'organise. Maeda devient scénariste, compositeur et gestionnaire de planning, Itaru Hinoue devient la directrice artistique, Shinji Orito prend le poste de compositeur principal et les autres comme Mikipon, Shinory, Na-Ga et Yuto Tonokawa occupent les places d'artistes voire occasionnellement de scénaristes. Le tout premier visual novel du studio sort le 4 juin 1998, il est baptisé Kanon et se trouve être un eroge(soit un jeu pornographique). Cependant le sexe y est réduit à son minimum afin que le scénario prime. L'histoire nous présente Yuichi Aizawa, un lycéen banal qui fait son retour dans sa ville natale pour suivre ses études chez sa tante en l'absence de ses parents. Il rencontre à son arrivée sa cousine, une très bonne élève admirée de tous, et s'adapte plus ou moins bien. Mais il est troublé, en effet Yuichi ne conserve aucun souvenir de son précédent passage dans cette ville. Quelque chose est arrivé et il semblerait que personne ne veuille lui dire quoi, pire, lui-même semble se protéger en s'interdisant de s'en rappeler. Le jeu est donc un drame prenant et haletant qui offre au joueur la possibilité de parcourir cinq voies, avec cinq scénarios à découvrir. Kanon marche extrêmement bien et est considéré comme un des must du visual novel. Il démarre deuxième du classement national et ne le quittera pas avant plusieurs années. Jugé magnifique tant aux niveaux visuel et scénaristique que sonore il restera longtemps dans la mémoire collective et sera d'ailleurs adapté sur différents supports jusqu'en 2007(avec la PSP). Kanon connaitra également une adaptation en light novel, en drama, deux adaptations en manga et deux en animes.

    Mais malgré le succès colossal du VN, Key ne chôme pas et continue son travail avec pour projet de sortir un jeu cher à Maeda : Air. Air sort un an après Kanon, le 8 septembre 2000. C'est encore un eroge même si les scènes de sexe sont réduites au minimum. On y découvre le personnage de Kunisaki Yukitosoromo, un jeune homme qui vit de spectacles de marionnettes qu'il contrôle sans fils. Poursuivant le rêve de sa défunte mère il cherche une jeune fille ailée afin de l'aider à se libérer de sa malédiction. Un jour, il arrive dans un petit village et décide de s'y arrêter temporairement. Il rencontre alors Misuzu, une adolescente un peu bizarre et très naïve qui se prend d'affection pour lui. En la ramenant chez elle il rencontre alors sa mère, Haruko, une femme alcoolique qui accepte que Yukito reste chez elle à la condition qu'il s'occupe de Misuzu, naïve et tête en l'air. Elle insiste pour qu'il fasse perdre une habitude à Misuzu, celle de dire tout le temps "gao". Yukito va alors se rendre compte de la solitude dans laquelle est enfermée l'adolescente, considérée comme bizarre et rejetée même par sa mère et va se décider à devenir son ange gardien. Drame incroyablement fort, Air est salué par la critique et dépasse même Kanon dans le coeur des joueurs. Le studio Key est désormais lancé et s'apprête à faire des ravages.

     

    Key

    Un statut de numéro 1 incontesté

     A partir du début de l'année 2001, Key jouit d'une forte réputation dans le milieu du visual novel. Le studio prend alors la décision de s'étendre et fonde un label de musique lui permettant de commercialiser les bandes-sons de ses jeux : Key Sounds Label. C'est un succès immédiat qui continue encore aujourd'hui. L'année 2002 quant à elle est marquée par la sortie de Kanon en anime. Avec ses treize épisodes, la série remporte un franc succès et devient l'un des drames les plus appréciés du Japon. Cela donne alors l'idée à Jun Maeda de créer des jeux facilement adaptables en animes. A ce moment là la réputation du studio est toujours aussi bonne cependant cela fait un bout de temps qu'aucun jeu n'en est sorti et les fans commencent à perdre patience. D'ailleurs cette grogne est une belle illustration de l'amour des fans pour Key car malgré l'énorme concurrence dans le milieu, ils ne sont pas capables de se passer de ses oeuvres. Devant initialement sortir en 2002 le troisième jeu de Key ne sortira pourtant que le 28 avril 2004. Très vite, les gens se jettent dessus et les stocks disparaissent, devant être renouvelés. Clannad est un énorme succès et a la particularité de ne pas présenter de scènes de sexe, il ne s'agit donc pas d'un eroge. Divisé en deux parties, School Life et After Story, le jeu nous présente la vie du lycéen Tomoya Okazaki pendant son année de terminale et ses débuts professionnels. Peu inquiet pour son avenir, le jeune homme glande et ne travaille que quand il le désire. Mais alors qu'il entame sa dernière année de lycée, il rencontre devant l'établissement Nagisa Furukawa, une jeune fille timide et naïve qui se motive en citant ses plats préférés. Conscient de la solitude de la lycéenne, Tomoya va venir à son contact et l'aider à reformer le club de théâtre, milieu qu'elle adore. Bien évidemment de nombreux autres protagonistes les rejoindront par la suite, apportant aux deux lycéens du soutien et du réconfort. La partie School Life est très appréciée et jugée très comique mais c'est surtout la partie After Story qui remporte d'excellentes critiques et devient une légende du visual novel et plus généralement de la narration.

    Les récompenses sont nombreuses pour Key ainsi que les gains. Tout le monde se porte bien en interne et le prochain projet avance vite. Tellement vite qu'il ne sort que sept mois après Clannad, son nom : Planetarian : The Reverie of a Little Planet. Roman kinétique de qualité(c'est à dire visual novel linéaire et sans choix) il remporte un succès d'estime considérable même si les ventes sont peu nombreuses. Toutefois les prévisions étaient bonnes et le studio sort tout de même bénéficiaire de l'opération. Maeda et ses compères décident cependant de s'éloigner du roman kinétique pendant un certain temps et de continuer dans les VN à choix multiples. Après cette grosse année on peut penser que le studio se serait mis au repos mais ce n'est absolument pas le cas car 2005 est très chargée.

    Key

    De janvier à mars sort l'anime Air réalisé par Kyoto Animation et supervisé par Jun Maeda qui insiste désormais pour travailler sur chaque anime adapté d'un de ses jeux. Durant la diffusion, au début du mois de février, le film Air sort dans les salles obscures. A chaque fois c'est un succès et Maeda en est très content. Les critiques sont unanimes et si vous n'avez pas encore vu l'anime, je vous le conseille très vivement. Key prend alors la décision de s'exporter dans le milieu de l'anime et de devenir acteur des adaptations et plus seulement décisionnaire. C'est un gros changement pour le studio qui doit alors travailler dans un autre domaine, finalement pas si éloigné. Le challenge vient cependant du fait qu'il travaille sur son prochain jeu en même temps. Ensuite en août et en septembre de la même année sortent les deux OAV Air in Summer qui remportent eux aussi un bon succès et finissent de convaincre les dirigeants du studio. Enfin en novembre sort le nouveau jeu estampillé Key : Tomoyo After : It's a Wonderful Life. Ce dernier est une version alternative de Clannad qui met principalement en scène Tomoya, le héros, et Tomoyo, la jeune déléguée modèle ancienne bagarreuse de rue. Il s'agit cette fois d'un eroge contrairement au Clannad original. Considéré comme un peu trop sexuel, le visual novel se vend toutefois bien et plait au public tant masculin que féminin. Malgré des discussions parallèles à la sortie du jeu, ce dernier ne sera finalement pas adapté en anime.

     Toutefois les scénarios de Jun Maeda sont jugés excellents et le studio entre en contact avec de nombreux animateurs, réalisateurs et producteurs dans le cadre de futures créations. La première de ses coopérations est le remake de Kanon qui sort en 2006 et qui est réalisé par Kyoto Animation. Doté d'un design orienté moe(un peu mignon dirons nous) et de plus d'épisodes(24) l'anime est parfois jugé sévèrement par les critiques. Pourtant j'en suis un grand fan et je considère qu'il s'agit là d'un des meilleurs drames disponibles sur le marché, un must see à n'en pas douter. Quoiqu'il en soit Key est devenu à partir de 2006 un acteur majeur de l'animation japonaise dont les qualités sont vantées à travers le monde.

    Key

     Key : une double success story

     L'année 2007 est probablement l'année la plus riche en sensations pour le studio depuis sa création. Avec un jeu, un film et une série animée à succès les petits amis nippons ne chôment pas. C'est en juillet que commence l'année médiatique pour Key avec la sortie de leur nouveau titre : Little Busters ! Visual novel dramatico-comique Little Busters ! nous présente la dernière année commune de lycée d'un groupe d'amis d'enfance. Drôle, loufoque et dépourvu de scènes de sexe le jeu marche très bien et ravit les amateurs de comédie et ceux qui trouvaient la touche Key trop dramatique et triste. Mais le drame revient au grand galop un mois après avec la sortie du film Clannad au cinéma. Version dramatique alternative de la première partie du jeu le film fait pleurer dans les chaumières mais remporte un succès d'estime auquel personne ne doutait. Un mois après c'est l'anime Clannad qui débarque en fanfare. Longue de 24 épisodes et réalisée par Kyoto Animation, la première saison marche fort. Très drôle, elle contient toutefois quelques passages dramatiques de qualité, de quoi ravir tous les publics. La saison s'achève début 2008 et peu avant sa fin, il est annoncé officiellement qu'After Story serait adapté en octobre 2008. En attendant les fans ont pu mettre la main sur Little Busters ! Ecstasy, la version eroge de Little Busters ! durant l'été ou encore assister aux concerts du label musical du studio en l'honneur de ses dix ans d'existence.

    Octobre arrive alors et avec lui Clannad : After Story. Jusqu'à fin mars 2009 l'anime est diffusé sur les écrans. Le succès est colossal et dépasse toutes les prévisions, il s'agit encore aujourd'hui du plus gros succès de Key. La série est jugée incroyablement forte et prenante et remporte plusieurs titres de meilleure fiction de tous les temps. Je pense que si je devais faire un classement de mes animes préférés After Story et Clannad plus généralement entrerais directement en compétition avec Angel Beats ! pour la première place, c'est dire. Le studio est aux anges et jouit d'une réputation internationale puisque Clannad marche très fort aux Etats-Unis mais aussi en Italie et en Angleterre. De plus des produits dérivés sont produits en masse et vendus à travers le monde. Profitant de cette période faste pour prendre un peu de repos, l'équipe annonce toutefois que deux jeux sont en préparation pour 2010 et 2011. Key se retire alors de la vie médiatique et laisse sa réputation faire parler de lui.

    Key

    Le premier titre sort donc en 2010 et se nomme Kud Wafter(Wafu!!!! en VF). Il s'agit d'un eroge mettant en scène le personne de Kud, fameuse lycéenne d'on-ne-sait-où présente dans Little Busters ! et prête à faire des gaffes. Le jeu marche plutôt bien du fait de l'attachement du public pour le personnage de Kud, cependant le scénario est considéré comme moins bon qu'à l'accoutumée. Mais l'année 2010 est à mes yeux la meilleure du studio pour une seule raison, qui n'a rien à voir avec Kud Wafter. En effet en 2009, dans le plus grand secret Key a signé un contrat de partenariat avec ASCII Media Works pour créer un univers qui s'adapterait sur différents supports(anime, manga, light novel, musique etc...). C'est au début du mois d'avril 2010, alors que le contrat vient d'être dévoilé au grand jour, que le projet voit le jour. L'anime est pris en charge par P.A. Works, produit par Key et ASCII Media Works et scénarisé par Jun Maeda, son nom : Angel Beats !

    Je pourrais parler très très longtemps de cette série de treize épisodes mais le mieux, pour gagner du temps et éviter de me répéter serait de vous conseiller d'aller lire mon article sur l'anime. Mélange de comédie, d'action et de drame cet anime est encore aujourd'hui mon préféré. C'est à mes yeux le meilleur anime de tous les temps et le seul auquel je ne peux pas faire de reproches, pas un seul. Le public est plutôt de mon avis puisque l'anime remporte bon nombre de prix et est plusieurs fois nommé anime de l'année et anime de la décennie. En même temps, Angel Beats ! est adapté en light novel, en manga et le groupe de musique présent dans la série, Girls Dead Monster, voit ses chansons sortir réellement dans le commerce(vous pouvez aussi les trouver sur le blog dans la section OST). Le succès est phénoménal et dépasse toutes les attentes. Key se met alors à travailler sur le visual novel Angel Beats ! mais annonce en avoir pour quelques années. Pendant ce temps là, les gens avaient presque oublié le jeu prévu pour 2011 qui sort du coup presque par surprise. Rewrite plonge le joueur dans un univers dans lequel une reforestation massive a eu lieu. L'histoire se déroule dans une petite ville fictive, tantôt campagne grâce à la reforestation, tantôt ville. Encore une fois les personnages sont lycéens et les thèmes récurrents du studio font leur retour. Toutefois il faut y ajouter une forte opposition ville/campagne, sujet d'actualité au Japon à l'époque et surtout, un sentiment de nostalgie présent dès le début du jeu. Décliné sur de multiples supports mais pas encore en anime Rewrite ravit les fans ainsi que Key. Le jeu se voit enrichi par une version plus complète qui sort en 2012 sous le nom Rewrite Harvest festa !

    C'est aussi en 2012 que débute la série Little Busters ! et qui se déclinera en deux saisons de 26 et 13 épisodes, en 1 OAV et en 8 épisodes spéciaux. Elle s'achèvera en 2014 avec un succès d'estime conséquent mais inférieur à ce que Key fait d'habitude. L'anime étant en effet un peu lent à se développer et un peu répétitif. Hormis cela le studio n'a pas énormément travaillé au grand jour en 2013 et 2014. Bien sûr il surveille attentivement toutes les adaptations de ses jeux, en série, en manga, en light novels etc. mais ne fait pas grand chose directement. On note toutefois des participations régulières au Comiket, des rencontres organisées avec les fans ou encore des interventions sur Key Net Radio, une radio propre à Key et fondée en 2007.

    Key

    Key : et maintenant ?

    Après deux ans dans l'ombre le studio revient en force en 2015. Tout d'abord en juin avec le visual novel Angel Beats ! qui plait visiblement beaucoup. Puis en juillet puisqu'il devrait d'ici peu y avoir une nouvelle série estampillée Key : Charlotte. Celle-ci est issue d'une coopération entre le studio de visual novel, Aniplex et P.A. Works et devrait débarquer d'ici quelques jours. Et enfin avec Harmonia, un roman kinétique qui devrait connaître une sortie mondiale d'ici quelques temps et qui est très attendu par les fans nippons qui ont pu en voir une petite partie(celle-ci est apparemment brillante). Key est donc toujours un acteur majeur de l'animation et du visual novel. Ses compositeurs sont excellentes de même que ses graphistes et sa réputation n'est plus à faire. De plus son génie, incarné par Jun Maeda, est toujours bien là. Les scénarios de Key sont encore aujourd'hui considérés comme les meilleurs au Japon et tant que Maeda restera dans son studio, ce dernier aura la confiance des producteurs et la capacité de créer de nouvelles histoires enchanteresses. Personnellement j'adore ce studio et je continuerai à le suivre aussi longtemps que possible.

    Key

     

    Partie II : Le style

    Le style de Key est facilement détectable et c'est en partie ce qui fait son succès. Au niveau artistique le studio se hisse au plus haut rang. Chacun de ses membres est un artiste de haute volée, ce qui explique le recrutement très sélectif, et le niveau se doit d'être énorme partout. Visuellement parlant c'est d'une beauté incroyable compte tenu des moyens mis à disposition(un VN coûte forcément moins cher qu'un jeu plus mobile), l'animation est réputée comme très fluide et travaillée et surtout, la bande-son est toujours magnifique. Que ce soit un VN normal, un eroge ou un roman kinétique la partie artistique doit toujours être de haut niveau, c'est une condition sine qua non pour la sortie du jeu. Ceci fait donc de Key l'un des studios les plus exigeants du milieu des VN. Peu fans des eroges, Key a toutefois dû s'y essayer afin de conquérir un public plus vaste mais a toujours fait en sorte que l'histoire et les personnages soient au premier plan.

    L'univers est en effet l'aspect prioritaire de chaque jeu estampillé Key. Les décors doivent être splendides, les personnages doivent bénéficier d'un développement conséquent, toujours dans le réalisme émotionnel, et les histoires doivent transmettre des messages forts. Au niveau du genre Key travaille presque uniquement dans la comédie et surtout le drame. Chaque jeu est plutôt dur et tire des larmes facilement aux joueurs toutefois le but est à terme de délivrer des messages d'espoir et de joie. Le studio de Maeda a en effet pour but de mettre en valeur la beauté de la vie, de la famille, de l'amour et de l'amitié. Il fait simplement différemment des autres.

    Au niveau des thèmes utilisés on note le lycée, qui incarne la période aux plus gros changements mais aussi la plus belle dans la vie selon les japonais, l'amour, toujours au coeur de chaque histoire, la magie, la philosophie, les relations familiales à distance, l'amnésie, la solitude, la perte d'un être cher, l'éducation, la nostalgie et le passage à l'âge adulte. Beaucoup d'autres sont également employés mais les principaux se résument à cette liste. Ce que je trouve exceptionnel avec Key, c'est qu'avec les mêmes thèmes présents dans chaque jeu, ils réussissent toujours à faire quelque chose de complètement novateur. Grâce à la mise en scène et au développement de l'univers, les membres du studio effacent totalement tout risque de répétitivité. Je pourrais continuer à en parler encore longtemps mais le mieux reste pour moi de vous conseiller de jouer à leurs jeux ou de regarder les animes auxquels ils ont contribué puisque l'esprit original a toujours été conservé. D'ailleurs afin de maintenir au mieux l'ambiance des jeux dans les animes Key a toujours bossé avec des gens de confiance et sur la durée, Kyoto Animation et P.A. Works étant les plus beaux exemples.

    Key

     

    Partie III : Les membres

    Parmi les nombreux artistes qui sont passés ou sont encore chez Key on peut citer :

    -Jun Maeda, co-fondateur, scénariste, compositeur et réalisateur de très haut niveau. Considéré comme l'âme du studio il n'occupe pourtant pas le plus haut niveau dans la hiérarchie. Il a affirmé plusieurs fois qu'il allait se retirer du métier de scénariste mais y est toujours revenu quelques temps après.

    -Itaru Hinoue est la principale artiste graphiste du studio et a été directrice artistique sur les trois premiers jeux Key à savoir Kanon, Air et Clannad. Elle s'est par la suite placée en retrait mais continue à travailler en tant qu'artiste et chara designer au sein du studio. Elle est aussi co-fondatrice de Key.

    -Shinji Orito, co-fondateur également. Il est l'un des compositeurs du studio et a réalisé quelques unes des plus belles musiques de Kanon, Clannad ou encore Little Busters !

    -Na-Ga, artiste de talent d'abord utilisé pour les tâches subalternes puis hissé au rang de co-directeur artistique sur Little Busters ! avec Hinoue. A partir de Kud Wafter il est le seul directeur artistique.

    -Yuto Tonokawa, artiste secondaire formé par Jun Maeda pour le remplacer en tant que scénariste des jeux Key. Du fait de l'indécision de Maeda quant à se retirer ou non, Tonokawa est monté et descendu dans la hiérarchie plusieurs fois. Aujourd'hui il est le seul scénariste du studio mais est régulièrement conseillé par Maeda. Il est arrivé assez tard, pour travailler sur Little Busters ! et a pris en charge le scénario de Rewrite.

    -Shinory, artiste surtout placé aux décors qui travaille chez Key depuis le début.

    -Mochisuke, Minimo Tayama et Torino sont les autres artistes actuels de Key.

    -Naoki Hisaya, grand ami de Maeda et principal scénariste de Kanon. Il a quitté comme convenu le studio après la sortie du jeu.

    -OdiakeS, compositeur freelance qui a bossé sur Kanon, Air et Clannad et dont plusieurs des morceaux ont été vendus par Key Sounds Label. Il a quitté le studio en 2004.

    -Takashi Ishikawa et Kazuki Fujii ont été collaborateurs sur Air. Ils n'ont plus travaillé avec Key depuis.

    -Kai, a été scénariste secondaire sur Air et Clannad. Il a aussi travaillé au planning et à la conception de Kud Wafter.

    -Leo Kashida a travaillé en tant qu'écrivain indépendant sur Little Busters ! et Tomoyo After.

    -Miracle Mikipon, l'un des premiers membres du studio et artiste numérique de talent a quitté Key après Clannad.

    -Ryukishi07 a travaillé au scénario de Rewrite. Il est également le scénariste et illustrateur principal du studio 07th Expansion auteur de Higurashi no naku koro.

    Et beaucoup d'autres dont Yuichi Suzumoto, Romeo Tanaka, Eeji Komatsu ou encore Manack.

    Key

    Jun Maeda

     

    Partie IV : L'oeuvre

     Jeux

    1999 : Kanon

    2000 : Air

    2004 : Clannad et Planetarian : The Reverie of a Little Planet

    2005 : Tomoyo After : It's a Wonderful Life

    2007 : Little Busters !

    2008 : Little Busters ! Ecstasy

    2010 : Kud Wafter

    2011 : Rewrite

    2012 : Rewrite Harvest festa !

    2015 : Angel Beats ! et Harmonia

    Animes et films inspirés des oeuvres Key

    2002 : Kanon(13 épisodes)

    2005 : Air(TV)(13 épisodes)

    2005 : Air : Le film d'Osamu Dezaki

    2005 : Air in Summer(2 OAV)

    2006 : Kanon(24 épisodes)

    2007 : Clannad : Le film d'Osamu Dezaki

    2007-2008 : Clannad(24 épisodes + 1 OAV)

    2008-2009 : Clannad : After Story(25 épisodes)

    2012-2014 : Little Busters !(39 épisodes, 1 OAV et 8 épisodes spéciaux)

    Animes

    2010 : Angel Beats ! (avec Aniplex, P.A. Works et ASCII Media Works)(13 épisodes + 2 OAV)

    2015 : Charlotte(avec P.A. Works et Aniplex)

    Key

    Voilà donc qui clôt l'article de cette semaine. Visiblement eklablog s'est calmé, encore désolé pour les changements de dernière minute. J'espère en tout cas que vous avez apprécié et que vous aurez envie de mater les superbes animes inspirés des oeuvres de Key. Tous figurent parmi mon top 50, c'est dire. Bonne fin de week-end à vous et à demain.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On termine la semaine avec un dernier titre Nintendo 64, le grand Killer Instinct Gold.

    Killer Instinct Gold

    Développeur : Rareware

    Editeur : Nintendo

    Support : Nintendo 64

    Date de sortie euro : 1997

    Genre : Combat

    Killer Instinct Gold

    Créée en 1994 la série des Killer Instinct est une véritable perle du jeu de combat. Le deuxième épisode, sorti en 1995, est par ailleurs l'un des meilleurs jeux de cette catégorie aux dires de beaucoup. Gold est quant à lui la version spéciale Nintendo 64 du deuxième épisode de la licence. Super beau et très fluide il a marqué pas mal de joueurs à ses débuts par son univers parfaitement adapté malgré une violence édulcorée sur la plate-forme japonaise. J'y ai passé pas mal d'heures étant petit et c'est tout récemment que j'ai pu le réessayer. Bilan ? Eh bien ça reste un jeu de combat donc ce n'est pas ma tasse de thé mais je me suis quand même amusé. L'univers, les graphismes et surtout les personnages sont extrêmement bien réussis et le gameplay n'a pas souffert du temps, restant toujours fluide et très technique. Je n'y suis pas resté quatre heures mais ça a quand même été un bon moment, un défouloir comme on les aime. Bien évidemment je ne saurais que trop vous conseiller d'y jouer avec un ami ou, comme c'est possible maintenant, directement en ligne. C'est là qu'est tout l'intérêt du titre. En attendant je vous souhaite une bonne partie aux côtés de Fulgore, Saberwulf ou encore Tusk qui valent vraiment le détour.

    Killer Instinct Gold

    Graphismes : 17/20

    Gameplay : 15/20

    Durée de vie : 12/20

    Bande-son : 11/20

    Scénario : -/20

    Note finale : 14/20

    Killer Instinct Gold

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Autre jeu Nintendo 64 auquel j'ai pu rejouer voici Mario Kart 64.

    Mario Kart 64

    Développeur : Nintendo

    Editeur : Nintendo

    Support : Nintendo 64

    Date de sortie euro : 24 juin 1997

    Genre : Course

    Mario Kart 64

    Légende du jeu vidéo et de la Nintendo 64 Mario Kart 64 a été l'un de mes premiers jeux de course. Même si j'y ai passé peu de temps, j'avais adoré ce titre et les quelques courses faites avaient été sensationnelles. Sensations de vitesse, technique, beauté visuelle, tout y était. Aujourd'hui est-ce que ça a changé ? Eh bien la réponse est pas vraiment. Certes le jeu a pris un petit coup de vieux mais dans l'ensemble c'est toujours très beau, très long, la prise en main est facile et rapide et les courses sont toujours fluides et excitantes.

    Mon seul regret aujourd'hui réside dans la catégorie 50cc qui ne sert vraiment à rien mais alors à rien du tout. Elle prend de la place dans la cartouche alors qu'il y aurait pu avoir tellement d'autres bonnes choses à la place. Hormis cela rien à dire. Ce jeu est une merveille même si à mes yeux il reste un cran en dessous de son rival Crash Team Racing qui offre plus de sensations et un univers à mes yeux beaucoup plus attachant et délirant. Cela dit si vous avez la possibilité d'essayer les deux titres sur émulateur je ne saurais que trop vous conseiller de le faire. Sensations et plaisir garantis.

    Mario Kart 64

    Graphismes : 18/20

    Gameplay : 17/20

    Durée de vie : 17/20

    Bande-son : 13/20

    Scénario : -/20

    Note finale : 17/20

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On enchaîne sur un autre jeu de course avec Mario Kart DS.

    Mario Kart DS

    Développeur : Nintendo

    Editeur : Nintendo

    Support : DS

    Date de sortie euro : 25 novembre 2005

    Genre : Course

    Mario Kart DS

    Considéré comme le meilleur jeu de course sur DS et l'un des meilleurs jeux de la console Mario Kart DS est le dérivé portable de l'excellent Mario Kart 64. Riche, très long et incroyablement fun il propose aux joueurs des courses endiablées, surprenantes et variées sur le modèle de Crash Team Racing. Magnifique, fluide et doté d'une très solide durée de vie notamment grâce au multi-joueur Mario Kart DS est un must have pour tous les possesseurs de la console, y compris les anti-Nintendo qui passeraient à côté d'un bijou du jeu de course. Personnellement j'y ai passé pas mal d'heures même si le titre m'a finalement lassé, apparemment beaucoup plus tôt que les autres. Mais même dans ce genre de cas j'y ai passé plus d'une cinquantaine d'heures facile. C'est pourquoi si vous comptez prendre une DS(mieux vaut tard que jamais) ce seul jeu vous suffira pour vous éclater et, par la même occasion, économiser un max d'argent sur les autres titres. Mario Kart DS est un très bon jeu à côté duquel il serait dommage de passer.

    Mario Kart DS

    Graphismes : 17/20

    Gameplay : 17/20

    Durée de vie : 17/20

    Bande-son : 13/20

    Scénario : -/20

    Note finale : 17/20

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • J'ai pu récemment réessayer quelques jeux de l'époque de la Nintendo 64 dont celui qui m'a le plus marqué et qui est le sujet du jour : F-Zero X.

    F-Zero X

    Développeur : Nintendo

    Editeur : Nintendo

    Support : Nintendo 64

    Date de sortie euro : 6 novembre 1998

    Genre : Course

    F-Zero X

    Troisième épisode de la licence débutée en 1990 F-Zero X est le premier épisode en 3D. Beau, fluide et incroyablement jouissif il a contribué au succès impressionnant de la Nintendo 64 en séduisant tous les types de joueurs grâce à son gameplay nerveux et son univers ultra coloré. Technique mais pas trop, il s'est d'emblée destiné au grand public mais également aux fans hardcores du genre en présentant plusieurs niveaux de jeu très variés. Personnellement j'ai toujours été fan de l'univers de F-Zero, avec ses personnages super charismatiques comme Captain Falcon, Pico ou encore Billy, et ses vaisseaux tous très différents. Ces derniers possèdent ici trois notes respectivement pour le blindage, le boost et l'adhérence. Certains vaisseaux sont très déséquilibrés et demandent un haut niveau, d'autres sont bien plus simples d'accès et promettent des courses haletantes mais moins techniques.

    F-Zero X

    Cependant vous prendrez toujours plaisir à jouer et c'est l'essentiel. La durée de vie est faramineuse, à plus forte raison si vous jouez en multijoueur. En solo, apprendre à contrôler chaque vaisseau(il y en a 30) demandera également beaucoup de temps mais ce ne sera que plaisir. Vaste et beau, F-Zero X est à mes yeux le meilleur jeu de course de la Nintendo 64 et l'un des meilleurs de l'histoire. Si on peut lui reprocher un aspect technique en dessous de ce qu'il aurait pu donner ou des musiques répétitives le reste, c'est à dire l'essentiel du jeu, est incroyablement génial. Si vous avez l'occasion d'y jouer via une rom(attention un bug empêche de débloquer tous les vaisseaux) n'hésitez pas, ne serait-ce que pour tenter l'aventure F-Zero. C'est un excellent jeu que j'ai adoré redécouvrir.

    F-Zero X

    Graphismes : 15/20

    Gameplay : 18/20

    Durée de vie : 19/20

    Bande-son : 13/20

    Scénario : -/20

    Note finale : 18/20

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires