• Bon un petit message pour dire à tout le monde que le blog, qui est en pause depuis deux semaines, va continuer sa pause justement, la faute à un emploi du temps très chargé. Eh oui la l2 droit c'est galère, j'essaierai quand même de poster deux-trois articles dans les deux prochaines semaines mais le rythme va être ralenti jusqu'à fin octobre environ.

     

    EDIT: bon je suis en vacances depuis 12h00 et ce pour une semaine, avec les révisions et AC4 qui sort mardi je n'aurais pas beaucoup de temps cependant je reprends l'activité du blog de manière normale dès demain avec les articles sur Apollo Justice, Ace Attorney Investigations et Time Hollow(d'autres viendront peut-être selon mon humeur).

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On enchaîne avec le troisième épisode.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Trials and Tribulations

    Développeur: Capcom

    Editeur: Capcom

    Support: DS

    Date de sortie euro: 3 octobre 2008

    Genre: Visual Novel, Point'n click

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Trials and Tribulations

     

    Voici donc le troisième épisode de la saga et le meilleur aux yeux de tous les fans de Phoenix Wright. Encore une fois adapté d'un jeu GBA, cet épisode est centré sur l'histoire du clan Fey qui atteint son apogée et se révèle comme étant une des meilleures histoires jamais écrites pour un jeu. L'univers du jeu est le même, on retrouve tout ce qui fait un Phoenix Wright à commencer par ses personnages; Dick Tektiv, Maya et Mia, Benjamin Hunter, Franziska Von Karma, Maguy Loiseau, Pearl Fey et évidemment Phoenix Wright sont de retour pour notre plus grand bonheur. On reprend donc le contrôle du jeune avocat de la défense mais pas seulement; en effet pour la première fois de la série nous contrôlons pas moins de trois personnages. Mia Fey est donc jouable lors de ses deux premiers procès dans les affaires 1 et 4, Phoenix dans la majeure partie du jeu(affaires 2,3 et 5) et enfin, Benjamin Hunter qui n'est jouable qu'une partie de l'affaire 5. Cela ne présente pas beaucoup de différences mais les fans aimeront beaucoup incarner ses personnages emblématiques.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Trials and Tribulations

    Niveau scénario c'est parfait. L'histoire nous plonge dans les tréfonds de la famille Fey et nous fait rencontrer le pire monstre jamais vu dans la série, les Fey, les Plantule et Phoenix Wright se retrouveront donc au centre d'une histoire sombre et exceptionnellement bien mise en scène. Les affaires 1,4 et 5 racontent donc cette histoire d'une qualité rare qui montrent clairement le niveau scénaristique que la saga peut atteindre. Les deux autres affaires restent beaucoup plus classiques tout en étant très efficaces. On enchaîne encore une fois les phases d'enquêtes et de procès, on interroge les protagonistes, notamment avec le magatama, bref, rien ne change à ce niveau là. Dans les procès, Godot succède à Hunter et Von Karma en tant que rival ce qui promet étant donné l'acharnement du procureur masqué. Je pourrais continuer comme cela encore longtemps mais ça serait toujours moins utile que de jouer à cette perle de la DS que je vous conseille vivement(attention au prix, le jeu est très cher).

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Trials and Tribulations

    Terminons donc sur le côté technique; globalement ça n'a pas changé, ça n'en a pas besoin et c'est très bien comme c'est donc la décision de Capcom reste logique. Le gros défaut vient par contre de la bande-son, cette dernière est vraiment moyenne, dommage donc. A l'inverse la traduction s'est nettement améliorée sans pour autant atteindre la perfection. Cet épisode est donc le meilleur de la série, scénaristiquement il n'y a rien à redire c'est un must donc jetez-vous dessus si vous avez apprécié les autres épisodes.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Trials and Tribulations

    Graphismes: 17/20

    Gameplay: 20/20

    Durée de vie: 18/20

    Bande-son: 13/20

    Scénario: 20/20

    Note finale: 19/20

    Yahoo!

    3 commentaires
  • On enchaîne avec le second épisode de la saga.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice for all

    Développeur: Capcom

    Editeur: Capcom

    Support: DS

    Date de sortie euro: 16 mars 2007

    Genre: Visual Novel, Point'n click

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice for all

     

    Voici donc le second épisode de la série, lui aussi adapté d'une version GBA, et toujours aussi bon. Le jeu est une suite assez simple du premier épisode, il ne propose pas de grosses nouveautés mais nous entraîne dans quatre nouvelles enquêtes passionnantes et toujours aussi riches en personnages délurés et charismatiques.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice for all

    La première affaire démarre encore une fois au tribunal, Phoenix est assomé par un homme étrange qui lui vole son portable en pleine pause dans un procès. L'avocat ayant perdu la mémoire, sa cliente Maguy Loiseau doit tout lui expliquer, technique plutôt intéressante pour expliquer le gameplay aux joueurs novices tout en ne dérangeant pas les joueurs du premier épisode. Bref, on est repartie pour plusieurs affaires hyper intéressantes(sauf la troisième qui risque fort d'énerver beaucoup de monde) avec au centre de tout le clan Fey, qui n'en finit plus de parler de lui. Phoenix retrouve donc Maya après plusieurs mois de séparation et découvre qu'elle est encore impliquée dans une histoire de meurtre. La jeune médium, aidée de son ami et de sa grande soeur va donc devoir se confronter encore une fois au tribunal. Niveau changements, on note quelques idées nouvelles tel le magatama, un objet que nous confie Pearl Fey, la cousine de Maya, et qui nous permet de déceler quand un personnage a quelque chose à cacher. Des verrous-psychés apparaissent alors à l'écran et c'est à nous de les briser avec des preuves et des fiches de personnages. Autre grosse nouveauté, la disparition de Benjamin Hunter, l'énigmatique procureur rival de Phoenix, ici c'est Franziska Von Karma, fille d'un précédent adversaire de Phoenix(Phoenix Wright 1, affaire 4) qui se charge de représenter l'accusation. Ce nouveau personnage, bien qu'énervant par moments, est quand même sacrément charismatique et a parfaitement sa place ici. La dernière affaire quant à elle, propose beaucoup de nouveautés de mise en scène et de scénario ce qui ne déplaira pas aux grands fans du genre. Le seul défaut reste la troisième affaire qui se passe dans un cirque et qui nous fait découvrir, outre un scénario invraisemblable, une palette de persos tous plus agaçants les uns que les autres. Ce n'est pas mauvais mais bien en dessous de ce qu'on voit d'habitude dans les Phoenix Wright. 

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice for all

    Sinon mis à part ce que j'ai dit plus haut on ne constate pas de changements dans les autres domaines. Graphiquement c'est toujours aussi beau, le gameplay n'a que peu changé, la durée de vie est la même, la bande-son aussi et la tradution moyenne est encore là. Les personnages habituels comme Tektiv, Maya et d'autres moins importants comme Gustavo Lonté ou Eva Cozésouci font leur retour pour notre plus grand plaisir. Cependant le scénario est un poil en dessous de celui du premier épisode mais l'affaire entourant le clan Fey nous accroche vraiment et n'est pas prête à nous laisser partir puisqu'on la retrouvera bientôt. Bref, le deuxième épisode de la saga est un poil moins bon que le premier mais reste quand même un des titres phares de la DS et du genre Visual Novel. Un excellent titre.

    Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice for all

    Graphismes: 17/20

    Gameplay: 20/20

    Durée de vie: 16/20

    Bande-son: 20/20

    Scénario: 18/20

    Note finale: 18/20

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Je reprends un peu les tests de JV que j'avais délaissé avec une de mes séries préférées toutes consoles confondues, les Ace Attorney. Voici donc le test du premier épisode de la saga:

    Phoenix Wright : Ace Attorney

    Développeur: Capcom

    Editeur: Capcom

    Support: DS

    Date de sortie euro: 31 mars 2006

    Genre: Visual Novel, Point'n click

    Phoenix Wright : Ace Attorney

     

    Voici donc le premier épisode de la série des Ace Attorney qui nous place dans la peau d'un avocat de la défense du nom de Phoenix Wright. Je pense qu'aujourd'hui tout le monde connait la série, si ce n'est en profondeur au moins de nom, et voilà pourquoi à l'approche de la sortie de Dual Destinies sur 3DS j'ai décidé de faire ces articles. Phoenix Wright a d'abord été un jeu GBA au Japon, il a ensuite été adapté sur DS(avec une affaire supplémentaire) et sortie dans le monde entier. Malheureusement, la faute au téléchargement, le jeu s'est très peu vendu, rendant son succès commercial bien inférieur à son succès critique. Quoiqu'il en soit rentrons à présent dans le vif du sujet:

    Phoenix Wright est un jeune avocat de la défense qui va plaider pour la première fois afin de sauver son ami d'enfance Paul Defès, accusé d'avoir tué sa petite-amie. Très stréssé, le jeune homme peut compter sur le soutien sans faille de Mia Fey, son mentor et avocate de génie. Après sa victoire, Phoenix et Mia se donne rendez-vous au restaurant et se séparent mais peu après, la belle avocate est assassinée. Son corps est découvert par sa petite soeur venue lui rendre visite puis par Phoenix qui se retrouve embarqué dans une affaire sombre et glauque qui le suivra la majeure partie de la saga. Déterminé à défendre Maya Fey, la soeur de son mentor, Phoenix va tout faire pour être en mesure d'affronter Benjamin Hunter, le procureur prodige.

    Phoenix Wright : Ace Attorney

    Voilà en gros le synopsis du jeu. Je n'ai pas pu en dire beaucoup car le jeu est séparé en cinq affaires, chacune avec une histoire propre rendant difficile la communication sans spoilers énormes. Quoiqu'il en soit ce qu'il faut savoir c'est qu'on incarne Phoenix, suivi de son assistante Maya et qu'on enquête sur différentes affaires dans le but d'innocenter notre client. De nombreux personnages viendront ainsi colorer l'aventure tels que Eva Cozésouci, Gustavo Lonté, Kévin Miron ou Bill Balaud et d'autres seront présents pendant tout le jeu ou presque comme Dick Tektiv, Benjamin Hunter, Mia et Maya Fey, le Juge et évidemment Phoenix Wright. D'ailleurs les personnages sont le gros point fort du jeu, tous très sympathiques et vivants on se prend vite d'affection pour la majeure partie d'entre eux. Ils sont tous relativement bien faits et apportent un côté très frais à l'aventure qui se révèle elle aussi de très bonne qualité puisque les scénariis sont grandioses. La première affaire est simplement une phase de procès tutoriel assez bien foutue mais c'est à partir de la deuxième affaire que le jeu commence. On alterne ainsi les phases d'enquête sur le terrain et les phases au tribunal. L'apogée du jeu intervient dans la quatrième affaire qui est clairement la meilleure du titre et qui ne pourra que passionner le joueur. Mais attention, Phoenix Wright est un jeu typé Visual Novel, c'est à dire qu'on suit une histoire sans pour autant beaucoup jouer. On ne court pas dans les niveaux ici on se déplace d'écran à écran et on cherche à l'aide du stylet sur les paysages fixes donc fan de jeux d'action, ça ne s'adresse pas vraiment à vous. Il faut adhérer au gameplay ce qui n'est pas difficile tant le jeu est bien fait, en effet on enchaîne les phases de dialogues et on récupère des preuves et indices un peu partout. On peut utiliser ces indices sur les personnages pour obtenir plus d'informations et aussi les utiliser en procès pour démonter les témoignages et thèses adverses. Parcourir les niveaux avec Maya est un vrai plaisir sachant en plus que les personnages sont excellents et donc il sera difficile de ne pas aimer.

    Phoenix Wright : Ace Attorney

    Enfin bref, PW est un jeu plein de bonnes idées, très bon scénaristiquement, très joli et offrant une pelleté de personnages exceptionnels, de plus la durée de vie se révèle très bonne pour le genre puisque vous pouvez tabler sur une quizaine d'heures pour la première partie. La bande-son est également géniale et vous restera pendant longtemps dans la tête, j'ai vraiment adoré. Je ne vais m'éterniser trois plombes sur le sujet, Phoenix Wright est un des meilleurs jeux de la DS et un des meilleurs Visual Novel. Tout y est excellent et je remercie Capcom d'avoir sorti le jeu en Europe(par contre un petit effort pour la traduction aurait été apprécié).

    Phoenix Wright : Ace Attorney

    Graphismes: 17/20

    Gameplay: 20/20

    Durée de vie: 16/20

    Bande-son: 20/20

    Scénario: 20/20

    Note finale: 19/20

    Yahoo!

    5 commentaires
  • On enchaîne à présent avec un anime plutôt célèbre, Black Cat.

    Black Cat

    Nom Original: Black Cat

    Auteur: Kentaro Yabuki

    Années de production: 2005-2006

    Catégorie: Shônen

    Genre: Action, Aventure, Comédie

    Studio: Gonzo

    Durée: 24 épisodes de 22 minutes

    Black Cat

     

    Le manga Black Cat est un des plus gros phénomènes de l'année 2000 dans son milieu. Il a rendu célèbre son auteur, Kentaro Yabuki, qui enchaînera quelques années après avec To Love-ru Trouble qui reprend notamment un des personnages de Black Cat. Baignant dans un univers sombre, parfois policier parfois fantastique Black Cat est un manga qui a le mérite d'être travaillé. Passons au synopsis:

    Black Cat raconte l'histoire de Train Heartnet, un tueur à gages à la solde de l'organisation Chronos, organisation censée éradiquer le mal. Le jeune homme, membre des Chrono Numbers, les treize meilleurs agents de Chronos, va pendant une nuit de pleine lune rencontrer sur un toit Saya Minatsuki, une jeune chasseuse de prime qui va tenter de sympathiser avec lui. Peu à peu, au fil des rencontres Train va devenir ami avec cette fille un peu allumée, qui va lui faire prendre conscience de ses actes. D'un autre côté on suit l'histoire de Sven Vollfield, chasseur de primes gentleman toujours fauché, dans sa recherche perpétuelle d'argent. Ce dernier va finir par faire la rencontre d'Eve, une petite fille aux pouvoirs prodigieux, ce qui, avec sa rencontre avec Black Cat, va l'entraîner dans une histoire dont il se serait bien passé.

    Voilà très rapidement l'histoire de Black Cat qui sans être excellente a au moins le mérite de fournir une intrigue convenable et crédible. Certes, ce n'est ni passionnant ni révolutionnaire mais on s'amuse quand même à suivre Train et Sven, d'abord séparés puis ensembles, notamment grâce à beaucoup d'humour placé un peu partout dans la série. Outre les situations comiques très nombreuses on trouve également un paquet de combats dans Black Cat. Malheureusement ces derniers ont tendance à être un peu mou et surtout, beaucoup trop long. On leur pardonnera cependant car ils nous permettent de découvrir un peu mieux les personnages, qui en globalité sont vraiment pas mauvais. Le personnage d'Eve, qui est repris dans To Love-ru, reste à mes yeux le point fort de Black Cat, non contente d'être au centre de l'intrigue elle est également superbement réussi à tous les niveaux et nous fera rire plus d'une fois. Au niveau technique l'anime est bon, pas exceptionnel. La bande-son est très bonne mais les graphismes ne sont pas transcendants de même que l'animation. Le rendu final est meilleur que beaucoup d'anime de l'époque et du même genre mais on regrette cependant certains détails baclés qui à la fin de la série se révèlent trop nombreux.

    Au final Black Cat est donc un bon anime qui manque d'ambition et surtout, d'ambiance. L'univers est sympa, les persos sont cools, l'action ne manque pas, l'humour non plus et pourtant l'ambiance est plate au possible c'est simple, si on s'arrête de mater la série pendant une semaine, rien ne va nous donner envie de nous y remettre. La série est très peu accrocheuse en réalité, on ne s'ennui pas, c'est vraiment pas mal et pourtant, si on ne se force pas, il y a peu de chances qu'on aille jusqu'au bout. Mais en globalité Black Cat est un bon anime, un peu trop simple mais qui fera passer de bons moments.

    Black Cat

    Note finale: 14/20

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires